LE MOT DE L'AMBASSADEUR DE FRANCE AUPRES DE L'UNION DES cOMORES

En septembre 2015, l'Assemblée générale des Nations Unies  adoptait l’Agenda 2030 pour le développement durable avec 17 objectifs universels ambitieux qui reconnaissent le rôle essentiel de la culture comme vecteur puissant de développement. Du patrimoine aux industries, la culture est à la fois un catalyseur et un support du développement durable à travers ses aspects économique, social et environnemental.

Le livre, qui va être fêté pendant cinq jours en Union des Comores, y a bien entendu une place de choix.

 

Le Salon du Livre Comores - océan Indien s’inscrit en prélude des célébrations internationales de la Francophonie du mois de mars. Il constitue un événement phare du « Grand Tour en Francophonie 2017 », - placé sous le Haut patronage du Président de la République française et orchestré en collaboration avec l’Organisation internationale de la Francophonie -, qui propose un voyage en une centaine d’étapes sur les cinq continents tout au long de cette année.

 

L’Ambassade de France, fortement impliquée aux Comores dans le domaine culturel, se devait d’être à l’initiative de l’organisation de cette première édition du salon du livre.

Forte de son riche héritage littéraire, la France a le devoir d’accompagner et de faire vivre le livre francophone, véhicule du dynamisme et de l’inventivité de notre langue commune.

Aux Comores, comme partout dans le monde, le livre joue un rôle crucial. Tout à la fois objet de culture et instrument de formation, il doit être accessible à tous, écoliers, étudiants et adultes afin d’apporter la réflexion et l’ouverture d’esprit indispensables à la constitution d’une citoyenneté responsable. Les défis de notre époque troublée peuvent trouver en grande partie des solutions dans la lecture !

 

Ce salon du livre Comores – océan Indien, en accueillant des écrivains venus de France et de l’environnement géographique proche, offrira un lieu de débats toniques et réjouissants aux visiteurs que nous espérons nombreux. Il permettra aussi au public comorien de découvrir ou de redécouvrir des auteurs locaux et régionaux, immensément talentueux,  qui méritent d’être reconnus dans leur pays.

 

Pour finir, je voudrais féliciter le comité d’organisation de ce salon du livre pour la concrétisation de ce beau projet qui sera, je n’en doute pas, une belle occasion de consolider les liens d’amitié qui unissent les peuples de la région.

 

Robby Judes